L’épaule

L’éanatomie_epaule-3paule, est sans doute l’articulation la plus stimulée de notre anatomie. Elle nous sert à manger, à nous habiller, à nous brosser les dents ainsi qu’à réaliser de multiples gestes très  simple de  tous les jours. Pour vous, chère dame, imaginez attacher votre soutien-gorge avec une douleur à L’épaule :-(  et, pour vous, monsieur, faire votre barbe.  :-( L’épaule joue un rôle capital pour orienter les mouvements du bras et lorsqu’elle est blessé, il peut générer d’importantes douleurs. :-(

epaule-1L’épaule est très complexe, elle est l’articulation la plus laborieuse du corps humain. L’épaule est l’articulation qui joint le bras au thorax. Elle réuni trois os :  l’humérus, *scapula et la clavicule. La tête de l’humérus vient se fixer dans un creux (qu’on appelle la glène) de la scapula. La clavicule rejoint l’extrémité de la scapula au niveau de l’acromion. Une capsule fibreuse ainsi que de nombreux ligaments maintiennent les os de cette articulation. Les tendons des quatre muscles de l’épaule convergent pour s’insérer au niveau de la tête de l’humérus. Il l’enveloppe comme une coiffe d’où son nom «coiffe des rotateurs».

C’est grâce à tous ses éléments que l’épaule est une articulation stable, flexible et spécialement malléable. Naturellement, plusieurs mouvements lui sont attribués (avant, arrière, rotation, adduction, abduction). Mais l’épaule se trouve aussi être très fragile dû à la fréquence d’utilisation. Elle est souvent mise à rude épreuve. Il y a une multitude de problèmes liés à l’épaule. En voici quelque uns :

• douleur liée à un traumatisme, un choc;
• entorse;
• luxation;
• arthrose, arthrite, polyarthrite;
• déchirure, fracture;
• usure dû à un mouvement répétitif
Mais, plus fréquemment, les tendinites/bursites ou, même, capsulites.

Quelques statistiques sur l’épaule :

7,8% des retraits au travail, au État-Unis, sont dû à une blessure à l’épaule;
80% des problèmes aux épaules viennent d’une autre cause;
75% des douleurs à l’épaule sont dûes à une mauvaise posture.
20% de la population va être victime d’une calcification dans l’épaule au cours de leur vie.

IMG_0134.JPG0063LA MASSOTHÉRAPIE peut améliorer de beaucoup notre condition de santé, elle aide à ce que l’épaule soit toujours à son meilleur. LA KINÉSITHÉRAPIE est une technique qui, avec un traitement régulier, peut règler plusieurs de ces blessures.

Alors avec un suivi régulier et assidu, de kinésithérapie suivi de massothérapie, votre condition de santé ne va que s’améliorer.

En conclusion, voilà encore une bonne raison d’aller voir une masso-kinésithérapeute. :-)

*Scapula est le nom remplacé par une nouvelle terminologie anatomique, donc l’omoplate est maintenant scapula.

Un massage, pourquoi pas? :-)

IMG_0039.JPG0022Les massages s’adressent à tout le monde, de 0 à 100 ans. Ils peuvent s’adapter selon vos besoins et vos particularités, sauf avec un avis médical le déconseillant. Cependant, plusieurs personnes hésitent encore et n’ont jamais ressenti le plaisir et les bienfaits d’un merveilleux massage. Pourquoi???

Malheureusement, je crois que beaucoup de gens sont timides, mal à l’aise, craintifs, complexés ou ne connaissent tout simplement pas le déroulement de ce soin thérapeutique, ils sont donc intimidés par la massothérapeute. Mais que ça soit en massothérapie ou en kinésithérapie, le principe est pratiquement le même et doit se dérouler dans le plus grand respect.

Voilà le déroulement en bref…

En premier lieu, vous devez choisir le centre où vous recevrez le soin. Il y a plusieurs associations de massothérapie qui peuvent vous y aider. Les deux plus réputées sont «Mon Réseau+» et «Massothérapie du Québec». Lorsque vous téléphonez pour prendre votre rendez-vous, pensez à demander l’association à laquelle ils sont affiliés. C’est un bon indice de la qualité du service que vous recevrez.

Lors de votre rendez-vous, vous remplirez un petit formulaire, un peu comme chez le médecin, pour aider la massothérapeute dans son traitement. Ensuite, vous devrez choisir le type de massage le mieux adapter à vos envies et vos besoins. Bien sûr, votre professionnelle pourra vous guider dans ce choix. Il est important de vous sentir en confiance et en sécurité avec la personne choisie, ça vous aidera à profiter pleinement des bienfaits du massage.

Durant le traitement, vous pourrez garder votre caleçon. Ainsi, votre intimité sera respectée. Le massage doit se dérouler dans le respect et avec professionnalisme. À tout moment, si vous sentez que ce n’est pas le cas, vous pourrez arrêter le soin.

À la fin du traitement, il est important que la massothérapeute vous laisse un peu de temps pour vous relaxer, environ 5 minutes. Ce petit délai aidera votre circulation à reprendre tranquillement partout dans votre corps. Bougez les pieds, les doigts, les mains et ainsi de suite… Ne jamais se relever rapidement, car nous pouvons avoir des étourdissements. Donc allez-y doucement et rester ZEN. :-)

Pour terminer, buvez beaucoup d’eau après votre massage, c’est recommandé afin de bien hydrater votre corps.

Et surtout, n’oubliez jamais que votre thérapeute voit vos muscles et vos os lors du traitement… Et non, vos complexes!

Le Stress «2e partie»

Comme je vous l’expliquai dans mon article précédent, le stress est notre ennemi.

Je vais donc essayer de vous aider à le contrôler ou, dans le meilleur des cas, à l’apprivoiser pour qu’il devienne votre allié.

Bien entendu, il est certain que nous vivons tous des situations de stress. Il faut d’abord regarder d’où elles viennent… que ce soit un deuil, un divorce, une dispute, une entrevue, un retard ou, simplement, un souper entre amis. Il y a, bien sûr, des situations de stress qu’on ne peut éviter, comme un deuil, néanmoins un retard peut l’être. En conséquence, dès que l’on a identifié les sources qu’on peut écarter, cela devient plus facile de les détourner.

En premier lieu, il faut reconnaître les signes avant-coureurs du stress !

  • Les mains moites;
  • L’accélération des palpitations cardiaque;
  • La respiration qui s’intensifie;
  • La diarrhée;
  • La perte d’appétit;
  • Une vague de tristesse;
  • Des troubles d’humeur;
  • Les maux de tête;
  • Etc…

Ce sont tous des signes que le stress « arrive ». Chacun a son propre symptôme initial puis les autres suivrent. À nous de les remarquer pour mieux les régenter. L’important est donc de porter une attention particulière aux effets du stress sur nous. Pour vous aider dans cette tâche parfois difficile, vous pouvez tenir un journal personnel. Ainsi, vous constaterez que les mêmes observations vont, probablement, se répéter. Dans plusieurs cas, ce sont les autres qui s’apercevront que nous sommes stresser. Alors porter une attention particulière à vos proches, ils peuvent vous être d’une aide précieuse.

Je sais très bien qu’il est difficile de gérer notre stress et même si nous le reconnaissons, il sera ardu de l’apprivoiser. Avec de la pratique et de la patience, vous y parviendrez. Bien sûr, il y aura des jours plus difficiles, mais avec le temps, vous réaliserez que ça devient de plus en plus traitable.

Yoga_Girl_Vector_Character_PreviewMaintenant, comment réagir quand les premiers symptômes apparaissent !

La chose primordiale à faire est «RESPIRER». Et là, je vous entends jusqu’ici dire: «respirer, facile à dire…!». Et bien, non! Au début, respirer vous semblera impossible. Cependant, avec le temps, cela deviendra une habitude. Alors respirer!

Quand je vous dit de respirer, c’est bien entendu de remplir vos poumons d’air. Prenez plusieurs minutes pour bien le faire. Petite astuce: vous pouvez mettre votre main sur votre cage thoracique pendant vos respirations afin de la sentir bien remplit d’oxygène et, à l’inverse, jusqu’à ce qu’elle soit vide. Écoutez votre respiration, ainsi votre «stress» sera occupé et ne pourra que diminuer. Idéalement répéter l’exercice plusieurs fois (5 à 6 fois).

En second lieu, posez-vous les questions suivantes qui vous aiderons à corriger ou améliorer la situation:

  • Pouvez-vous changer quelque chose à la situation?
  • Est-ce que vous y êtes pour quelques choses?
  • Quelle est la partie que vous pourriez changer?
  • Votre stress peut-il vous être bénéfique dans cette situation?

Par exemple, une source de stress facile à détourner…
Mon stress vient d’un retard, le remède est simple; la prochaine fois, je vais partir plutôt, ou je pourrais prendre mes rendez-vous plus tard.

Il y a plusieurs alternatives, à vous de trouver celle qui vous convient pour améliorer votre situation.


Une situation plus complexe à améliorer…
Un deuil… Les issues sont beaucoup moins évidentes. Dans cette circonstance, nous ne pouvons que contenir notre stress, «le canaliser».

Pour contenir mon stress, je le guide vers une autre route. J’exprime ma peine, ma frustration, ma révolte avec des mots d’adieu. Je peux parler de cette peine avec un ami, un psy, un collègue… Discuter avec quelqu’un ne peut que me faire un bien énorme et, du même coup, réduire mon stress. :’-(  Pleurez, ne chercher pas à fuir votre chagrin, c’est aussi une façon de contrôler votre stress.


Dans toutes les sources de stress, il y a une façon de centraliser cette énergie négative et l’inverser en énergie positive. Même dans les situations difficiles, il est possible de faire face et de renverser l’énergie pour qu’elle ne nous détruise pas.

Le stress est tellement ravageur sur l’ensemble de notre corps et de notre âme que le contrôler devient primordial.

Voici, ci-dessous, un lien pour la cohérence cardiaque. Prenez-en connaissance, c’est une façon de mieux maîtriser votre respiration. Cela vous aidera à diminuer vos épisodes de stress et, bien sûr, dans les cas ou nous n’avons aucun contrôle sur la situation, cela vous aidera à mieux la gérer.

http://www.youtube.com/watch?v=077ABrAR8DE#t=16

– Josée Lampron, masso-kinésithérapeute et propriétaire
Membre de MON RÉSEAU +

En 2014, tout va beaucoup trop vite!

STRESS

Pourquoi vivons-nous dans une société de STRESS?

Nous voulons tout et toute suite, plus de temps pour rien! Tout doit être prêt pour hier :-( La vie tourne si vite que nous n’avons même plus de temps pour nous dire bonjour, nous faire un câlin, même nous sourire est devenu trop long et pourtant…

Voilà ce que nous vivons tous en 2014 et ça s’appelle LE STRESS!

Nous évoquons tous le STRESS, mais nous ne connaissons pas toujours sa signification. Le STRESS est une réaction de l’organisme à tout ce qui apporte un changement dans la vie courante d’une personne, que se soit positif ou négatif.

C’est dans notre cerveau que tout commence! Dès qu’il reçoit un message de STRESS, il nous émet un signal qui déclenche une réaction en chaine partout dans notre système:

• La peau peut commencer à transpirer et développer de l’urticaire, de l’eczéma ou simplement de l’acné.

• Le cœur bat beaucoup plus fort, ce qui peut causer plusieurs problèmes graves, comme un risque de crise cardiaque, l’augmentation de la tension artérielle, le taux de cholestérol peut grimper, etc…

• Les poumons, en situation de stress, vont occasionner une accélération respiratoire qui pourrait, dans certains cas, susciter une crise d’asthme ou de l’emphysème.

• Le foie «pancréas» produit plus de glucose que nous en avons besoin, ce qui nuit considérablement au diabétique.

• La digestion a aussi des difficultés, car plusieurs personnes stressées vont être portées à manger. La digestion se fera plus difficilement et provoquera des brûlures d’estomac, une prise de poids, de la constipation ou, l’effet contraire, la diarrhée.

• Le système reproducteur est, lui aussi, affecté… chez l’homme, il peut y avoir une dysfonction érectile et, chez la femme, plus de douleurs menstruelles ou davantage de chaleur à la ménopause. Mais dans les deux cas, un manque de désir est presque toujours évidente.

• Notre système immunitaire, habituellement notre allié dans nos batailles avec tous les virus, peut devenir plus faible. Sa capacité de combattre et récupérer d’une maladie, même d’un simple rhume, est donc réduite.

• Nos articulations peuvent être plus douloureuses, surtout si nous avons déjà de l’arthrose, l’arthrite ou n’importe quel problème articulaire.

• Les muscles sont, aussi, mis à rude épreuve pendant le stress. Ils se contractent et nous savons tous qu’un muscle tendu pendant une période prolongée peut déclencher des douleurs généralisées et des courbatures.

Le STRESS a de vastes conséquences sur notre posture et nos habitudes, comme le serrement de la mâchoire, le grincement des dents, les épaules enroulés, le dos courbé, etc. Alors, nous développons des maux dos, des migraines, des douleurs cervicales, le mal d’épaule et beaucoup d’autres douleurs que nous pourrions éviter.

Bien que le cerveau soit celui qui envoi le signal «de départ» ne veut certainement pas dire qu’il est à l’abri de tout. Lui aussi a beaucoup de petits ennuis… les sautes d’humeur, la colère, la dépression, l’irritabilité, la mélancolie, le manque d’énergie, l’anxiété, les crises de panique, les problèmes de sommeil, le manque de concentration, en plus des maux de tête et des douleurs cervicales. En cas extrême, nous pouvons même développer des troubles mentaux.

Alors, voyez-vous comme le STRESS peut être très dangereux pour notre corps!!!

Comme l’explique le Dr Serge Marquis dans son livre: «Pensouillard, le hamster, s’en donne à cœur joie.»
Référence de livre:  archambault.ca/serge-marquis-pensouillard-le-hamster-JLI4905054-fr-pr

Le STRESS n’est pas un problème en soi, c’est plutôt comment nous apprenons à le gérer qui est le problème!!!

Suivez mon prochain blogue sur comment apprendre à gérer son STRESS. Je vous communiquerai plusieurs trucs et conseils :-)

– Josée Lampron, masso-kinésithérapeute et propriétaire
Membre de MON RÉSEAU +

La vitamine «SOLEIL»

Savez-vous que la lumière produite par le soleil est essentielle à la vie?

Hé bien oui! 8 adultes sur 10 sont en manque de vitamine D et cela a des effets négatifs sur leur santé.

Les journées sont de plus en plus froides, ce qui a pour conséquence que nous sortons de moins en moins à l’extérieur. Cela provoque encore plus un manque de lumière… ce froid commence à nous affecter drôlement!!!

Donc plusieurs d’entre nous ont une carence en vitamine D, la vitamine «SOLEIL».
Mais à quoi sert cette fameuse vitamine D?

La vitamine D est essentielle pour la bonne santé des os de notre squelette. Mais elle n’est pas seulement bonne pour notre charpente, elle l’est également pour maintenir une bonne santé de notre système immunitaire ainsi que de notre système nerveux central.

Beaucoup de gens sont sensibles au manque de soleil. Celui-ci peut causer de nombreux problèmes, tel que:
• la dépression
• la mauvaise humeur
• l’insomnie
• le stress
• la tristesse
• la fatigue
• l’ostéoporose
• du rachitisme
et la liste est encore longue!

Alors, habillez-vous chaudement et sortez prendre un peu de soleil. Un petit 15 minutes par jour peut faire une énorme différence.

Nous devrions toujours profiter du soleil un bon 15 minutes, sans protection solaire, pour que notre peau absorbe la vitamine «SOLEIL». Ceci nous permettrait de faire le plein de vitamine D.

Il faut s’exposer un peu chaque jour pour fabriquer sa vitamine D et se protéger ensuite des brûlures du soleil grâce à des crèmes anti-UV.

ATTENTION, je dis bien 15 minutes sans protection solaire, et seulement 15 minutes, sinon vous engendrez d’autres problèmes…

Donc à vos marches, partez :-)
– Josée Lampron, masso-kinésithérapeute et propriétaire
Membre de MON RÉSEAU +

Chaleur ou glace?

La confusion quant à l’utilisation de la glace ou de la chaleur lors d’une blessure est très habituelle. L’intervention immédiate lors d’une blessure est aussi importante que la prévention de celle-ci.

L’inflammation est fondamentale à la guérison de nos tissus. Elle permet de détruire les tissus endommagés pour laisser de la place aux nouvelles cellules. Ce n’est donc pas l’inflammation qui est problématique, mais plutôt sa durée. Il est donc important d’agir rapidement dès son apparition pour contrôler son intensité. Voici les symptômes :
• Présence de douleur persistante
• Chaleur locale
• Gonflement local
• Rougeur
• Perte de mobilité articulaire
• Sommeil entravé et/ou le repos et l’immobilisation n’améliore pas la situation

Dans cette phase, les applications de glace sont recommandées pour diminuer la douleur et l’inflammation.

La glace doit être appliquée au 3 à 4 heures durant 10 à 12 minutes à chaque fois. La glace ne doit jamais être appliquée directement sur la peau où elle provoquera une perte de sensibilité.

L’application de la chaleur est fortement déconseillée pendant cette phase aiguë afin de ne pas contribuer à l’inflammation.

Plus tard, dans la phase chronique de la blessure, lors de la disparition de l’inflammation, le corps se chargera de réparer les tissus endommagés. Les applications de chaleur sont alors utiles, soit avec un bon bain chaud, un sac magique ou même une boulotte.

Alors, dans le doute on commence toujours par le froid (1ere journée) et ensuite on va prendre un bon bain chaud ! :-)

– Josée Lampron, masso-kinésithérapeute et propriétaire
Membre de MON RÉSEAU +